Food Green

Poulehouse : l’œuf qui ne tue pas la poule

On commencerait bien cet article par la fameuse question « qui de l’œuf ou la poule est arrivé le premier », mais a-t-on vraiment envie de lancer un tel débat? Non, nous sommes dans un lieu de paix ici.

Mais on va quand même pas trop s’éloigner du sujet car aujourd’hui on vous présente poulehouse (l’inspiration n’a pas de limite en termes d’introduction).

Un trio d’enfer

Poulehouse c’est l’idée folle de Fabien qui sera rejoint par Sébastien et Elodie.

Tous les trois issus d’un parcours très différent :

  • Fabien Sauleman est un entrepreneurs passionné de nouvelles technologies et de littérature, qui a lancé une start-up nommée Youboox afin de réinventer le modèle économique du livre. Cette aventure passionnante s’arrête en 2015.
  • Sébastien Neusch lui, s’intéresse très tôt au design et à l’informatique. C’est un autodidacte qui a fait ses armes dans le marketing notamment en tant que directeur artistique. Il fonda son studio de design avec pour objectif de créer des expériences qui changent la vie des gens ainsi qu’un premier concept autour des poules : mapoulette.fr permettant de recevoir des œufs frais en ville.
  • Elodie Pellegrain voulait devenir vétérinaire mais s’est finalement tournée vers le métier d’ingénieur agronome. Elle fait sa première rencontre avec les poules lors de son mémoire de fin d’études au cours duquel elle s’est intéressée aux poules présentes sur l’exploitation et les a soignées.

Curieux de tout, Fabien aime se poser les questions existentielles sans accepter des réponses toutes faites. Il eut l’intuition que le comportement des consommateurs évoluait, qu’ils pouvaient accepter un prix plus élevé pour un aliment produit dans le respect des animaux et des producteurs. Du coup, il se renseigna sur la possible existence d’un œuf éthique et réalisa qu’il n’en existe pas, pas plus qu’une obligation légale ou sanitaire de tuer les poules pondeuses à 18 mois. Il comprend alors que la raison de l’abattage systématique de ces poules est exclusivement économique.

Lorsque Sébastien rencontre Fabien en 2016, il apprend à son tour que les poules sont abattues à 18 mois, quel que soit le mode d’élevage. Sensible à ce sujet et souhaitant apporter sa contribution pour un monde meilleur, il co-fonde poulehouse avec Fabien en février 2017, 6 mois plus tard, Elodie les rejoint.

La maison des poules – Poule house – Aurélie Stapf, photographe – porteurdesonge.com

Concrètement poulehouse ça consiste à quoi?

Et bien c’est la première marque d’œufs qui n’implique pas d’abattage des poules pondeuses. Fabien, Sébastien et Elodie ont créé un nouveau mode de production pour permettre aux consommateurs de manger des œufs sans cautionner l’abattage des poules pondeuses et le broyage de poussins mâles.

«Le système est simple : Poulehouse travaille en partenariat avec des éleveurs de poules pondeuses bio, elle leur rachète les œufs un peu plus chers que ce qui se fait habituellement sur le marché (et ainsi, rémunère mieux l’éleveur) revend les œufs sous sa marque, estampillée du slogan « L’œuf qui ne tue pas la poule » ; puis lorsque les poules atteignent l’âge fatidique, elles sont envoyées dans le refuge « La Maison des Poules » tenu par Élodie.»

Résultat ? Depuis septembre 2017, c’est déjà plus de 1,5 millions d’œufs vendus et plus de 100 000 poules sauvées de l’abattoir depuis la création de l’entreprise, il y a de quoi être fière !

On peut d’ailleurs les retrouver dans plus de 700 magasins en France et en Belgique.

«Nous continuons d’élever nos poules passées 18 mois (âge à partir duquel les élevages traditionnels même bio décide d’amener leurs poules à l’abattoir car ces dernières sont moins productives) et nous nous engageons à les nourrir, les loger et les soigner jusqu’à leur mort naturelle. Pour ce faire nous travaillons avec des éleveurs partenaires que nous rémunérons plus de 20% de plus par œuf pour respecter un cahier des charges mettant le bien-être de nos poules au centre de nos préoccupations.»

«Le tout est d’élever les poules le plus respectueusement possible en impliquant aucun abattage du début à la fin !»

Si on nous avait dit qu’on utiliserait 25 fois le mot poule dans un article. Voilà, cette phrase n’a pas de chute. Sur ce, on vous laisse avec une citation d’un niveau hautement philosophique :

Si la vie te donne des œufs fais une omelette

(3 commentaires)

  1. L’œuf n’entre pas dans la recette du Lopadotemakhoselakhogaleo­kranioleipsanodrimypotrimmato­silphiokarabomelitokatakekhymeno­kikhlepikossyphophattoperistera­lektryonoptekephalliokinklope­leiolagōiosiraiobaphētraga­nopterygṓn, mais le poulet, oui.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :