Le Linatier, la détermination à bout de bras

Nous parlons aujourd’hui de lin. Mais alors qu’est-ce que le lin concrètement ? Et pourquoi c’est le choix intelligent qu’a fait Le Linatier ?

Tout d’abord, c’est un peu le champion des matières textiles écologiques. La plante nécessite peu d’eau et se suffit de la chaleur du soleil et de l’eau de pluie.

Initialement cultivé dans le Croissant fertile, ce pourquoi je vous renvoie à la page 157 de votre manuel d’histoire de 5ème, rubrique Moyen-Orient. C’est aujourd’hui une matière qui génère 1 300 emplois en France, premier producteur au monde.

Les bases sont posées. Le lin, c’est bien. Je n’avais rien de mieux.

Le Linatier, à contre-courant de la maroquinerie industrielle

Ah, autre chose : ici on parle de la pépite du jour lorsqu’on emploie « Le Linatier », car le linatier, c’est aussi le métier de tisseur de lin.

Deolinda, 30 ans, porte cette marque de maroquinerie engagée et écologique depuis 1 an déjà. Le constat de départ en bref : des petites mains travaillent bien souvent à l’étranger, parfois trop jeunes et non protégées des produits chimiques utilisés, à un rythme infernal. Tout cela pour des produits qu’on retrouve dans nos enseignes habituelles, conçus avec des matières non écologiques et toxiques, avec bien souvent une couche de produits anti-putréfaction de matières animales.

La marque utilise du lin certifié GOTS, label que nous expliquons dans notre article 3 labels du textile à connaître. La couture, traditionnelle, est réalisée dans le Val d’Oise (95) sans matière controversée. Pour cela, Le Linatier fait appel à un chantier d’insertion par l’activité économique. Transparence, solidarité, écologie.

Deolinda vise à chambarder (oui oui) l’industrie de la maroquinerie, très implantée et traditionnellement normée en France. Notamment par rapport à deux problématiques écologiques et sociales :

« L’utilisation, par rapport à la maroquinerie qui est essentiellement du cuir, de matières végétales françaises certifiées. Cela permet de redynamiser le secteur du lin, rouvrir des usines en France et contribuer à la sauvegarde de notre savoir-faire.
La dimension sociale également, en faisant appel à des personnes éloignées de l’emploi, leur en facilitant l’accès. »

Soutenir le projet Lina Bag

La marque s’est lancée dans une campagne de crowdfunding Ulule le 30 janvier et se termine dans 15 jours. Il ne reste qu’une poignée de préventes pour atteindre l’objectif !

Le produit de lancement est le Lina Bag, un sac non genré, en lin, pour une utilisation quotidienne. Il est multifonctions, pratique et s’adapte à toutes les morphologies. Le Linatier a pour ambition de concevoir 2 autres produits, un sac à dos et une banane, lorsque les 2ème et 3ème paliers seront franchis.

Vous pouvez soutenir ce projet en participant à cette campagne de crowdfunding. Vous recevez une contrepartie selon le montant de votre participation. Par exemple pour 15€ ou plus vous recevez un tote bag certifié GOTS ou pour 150€ le Lina Bag ainsi que 5 autres (très chouettes) contreparties.

Article sponsorisé

Laisser un commentaire