5 anecdotes insolites de l’histoire de France

1 – Henri Deledicq ou la dactylographie pour les nuls

Nous sommes dans la clairière de Rethondes, à l’aube de l’armistice de 1918. Ce moment où Deledicq, secrétaire du maréchal Foch, commandant suprême des forces alliées, dans l’émotion et l’adrénaline de participer à cet événement capital de l’histoire du monde, manque à sa tâche.
Il positionne à l’envers les carbones des pelures (ndlr : papier calque), ce qui rend le double du traité d’armistice parfaitement illisible. À cet instant, et au vu de la gravité du moment et de l’heure tardive (5h du matin), aucun des officiers présents ne fait grand cas de l’erreur.

2 – Le cochon tueur de dauphins

Philippe, fils du roi Louis VI dit “le gros”, circule à cheval dans les rues de Paris le 13 octobre 1131.
Un cochon se balade là et effraie le cheval, qui se cabre et renverse le dauphin. Ce dernier meurt d’une mauvaise chute sur la tête. Quelques jours plus tard on rédige un édit interdisant les cochons domestiques d’être laissés en liberté dans les rues de Paris. Selon certains historiens, cet événement eut de grandes répercussions sur la royauté en France. En effet on mit un roi peu compétent, car non préparé, sur le trône.

3 – Le concours des dératiseurs de Paris

La ville de Paris est bien connue pour le nombre affolant de rongeurs présents dans ses égouts, estimé à environ à 5M d’individus. En 1901, démunie devant cette invasion, la mairie de Paris lance un concours d’extermination de rats. Très vite, e nombreux participants mettent en œuvre leurs techniques. Le rat étant un animal intelligent, il comprend rapidement le mécanisme des divers pièges. Devant la difficulté, les spécialistes désertent le concours. Un seul reste pour accomplir sa tâche, et il est récompensé. Le directeur de l’hygiène de Paris dit alors “Nous aurons un fonctionnaire de plus. Celui-là du moins sera utile”.

4 – Le “bicyclette hater”

A la fin du XIXème siècle, la bicyclette est un phénomène sociétal omniprésent : tout le monde s’arrache les “vélocipèdes”. A contre-courant, l’énarque et philosophe Joseph Montet lui, voyait une sorte d’abêtisation de la société et écrivait “Voyez-vous d’ici un peuple exclusivement composé de tireurs d’aviron, d’écuyers, d’escrimeurs ou d’acrobates ? Eh bien ! On est en train de faire de nous un peuple de bicyclistes”.

5 – 22, v’là les poulets

La commune de Paris, cette petite révolution, ces combats, ces incendies, notamment de bâtiments de la police… Jules Ferry, maire de Paris en 1871, fait de la caserne de la Cité le nouveau siège de la police de Paris. Or, cette caserne était construite sur l’ancien marché aux volailles. Vous devinez la suite ? Le sobriquet de “poulets” fut alors attribué aux policiers. Ah ! Ces surnoms qui vous collent à la peau…

Suivez-nous sur Instagram pour plus de contenus !

Fan d’histoire ? Consultez l’article Dartagnans, le crowdfunding pour le patrimoine.

2 réponses

Laisser un commentaire